Galerie C
Galerie C
2015.09.17_gc_temps_absolu_espaces-124.jpg

Le Temps de l'Absolu
17.09-30.10.15

Nicolas Aiello, Clément Bagot, Jérémie Bennequin, Pierrette Bloch, Cathryn Boch, Claude Closky, Pierre Ferrarini, Didier Mencoboni, Roman Opalka

C’est avec plaisir que nous vous annonçons l’ouverture de l’exposition « Le Temps de l’Absolu » à la Galerie C, le jeudi 17 septembre 2015.

Philippe Piguet, critique d’art, commissaire d’exposition et directeur de Drawing Now Paris est le curateur de cette exposition : « 5 607 249… c’est le dernier nombre qu’a peint Roman Opalka sur le tableau qu’il a laissé inachevé suite à sa brutale disparition, le 6 août 2011.

Il y a cinquante ans l’artiste avait décidé de mettre en œuvre un projet artistique consistant à peindre l’ensemble des nombres entiers naturels suivant un protocole de travail extrêmement précis. C’était au printemps 1965. Quarante-six ans durant, Roman Opalka n’a jamais dérobé à la règle. Un projet d’œuvre, un projet de vie : tel est son admirable exemple.

Le Temps de l’Absolu n’est pas une exposition en son hommage. Pas plus qu’elle n’est la réunion d’artistes dans son sillage ou qui lui seraient redevables d’une posture. En cette année de jubilé, elle se veut tout simplement une façon d’écho mémorable à sa mémoire. Pour avoir eu le privilège d’être de ses amis proches et de l’avoir accompagné dans son travail pendant de longues années, je tenais à le saluer à ma manière. L’invitation de Christian Egger à une carte blanche en sa Galerie C m’en offre l’occasion.

Le Temps de l’Absolu rassemble 9 artistes de générations et de pratiques artistiques très différentes. Tous ont en commun d’avoir fait le choix de démarches radicales qui les déterminent à l’ordre d’esthétiques conceptuelles et minimales dont les protocoles de travail n’en sont pas moins laborieux, voire obsessionnels, mais qui ouvrent des champs volontiers poétiques. Ils composent avec les critères de discipline, de répétition et d’aléatoire pour constituer des œuvres singulières et sensibles dont la vertu cardinale est de dire leur être au monde. Un être en quête d’absolu. »1

Texte: Piguet Philippe, « Le Temps de l’Absolu », note d’intention dans le cadre de l’exposition « Le Temps de l’Absolu », Galerie C, Neuchâtel, 17 sept.-30 oct. 2015.

PHILIPPE PIGUET

Critique d’art et commissaire d’expositions indépendant, directeur artistique de Drawing Now Paris, le Salon du dessin contemporain, et de SOON, le Salon de l’œuvre Originale Numérotée, chargé de la programmation de la Chapelle de la Visitation de Thonon-les-Bains (74), Philippe Piguet collabore régulièrement aux revues L’œil depuis 1985 et (Art absolument) depuis 2002. Auteur de nombreux textes de catalogues pour des artistes tels que Basquiat, César, Rebeyrolle, Villeglé, Raynaud, Garouste, Cognée, Rousse, Combas…, il enseigne l’histoire de l’art à l’ICART depuis 1986 et développe une importante activité de conférences. Il a notamment publié Monet et Venise, Herscher (1986, réédité en 2008), le Guide des Lieux de l’art contemporain en France, Adam Biro (1998), Claude Monet prospectif. Les Nymphéas, une œuvre in situ, L’Echoppe (2010). Auteur des films Qui commande quoi ? Vingt ans de commande publique en France, Terra Luna Films (2001) et Marchand d’art, Ernst Beyeler, Bix Films/Freihändler Filmproduktion (2007), il a réalisé son premier film en 2010, Claude Monet à Giverny. La maison d’Alice, Bix Films, RMN/France Télévisions.