Galerie C
Galerie C
2016_08 _Groupe gueules cassées_ 60X80 cm.jpg

Éric Manigaud

 

....

Né en 1971, Eric Manigaud vit et travaille à St-Etienne. Agrégé d’arts plastiques, il expose régulièrement son travail depuis 2003 en France (Frac Haute-Normandie, Musée d’Art moderne de Saint-Etienne, Musée Louis Senlecq ...) et à l’étranger (Saatchi Gallery à Londres, Kunsthalle de Göppingen en Allemagne, Galerie d’Art Moderne de Sarajevo, Stedelijk Museum de Stad Aalst en Belgique, Academia d’Ungheria Palazzo Falconieri à Rome, Museum of Art à Mannyun-dong Seo-gu Daejeon en Corée ...). Ses oeuvres font partie de collections publiques et privées telles que la collection Saatchi au Royaume-Uni, le Frac Haute-Normandie, The SØR Rusche Collection à Oelde/Berlin, la Julian and Stephanie Grose Collection à Adélaïde ou le Landesmuseum Schloss Gottorf à Schleswig en Allemagne.

Son œuvre reproduit des photographies d’archives, pour la plupart représentant le monde de la folie institutionnalisée, ou alors les conséquences de la première guerre mondiale. C’est au crayon qu’il revisite l’insoutenable, la folie mise à l’écart. Les portraits d’Eric Manigaud proviennent d’un monde qui n’est plus, mais qui a été. Il se consacre durant plusieurs semaines au même cliché, reprenant millimètre après millimètre, les ombres et les lumières de l’image projetée. (1)

Une inhérente violence, un trouble matérialisé qui se traduit par l’impossibilité de définir les contours de l’horreur. Éric Manigaud, en inlassable chercheur, sonde les profondeurs des chairs afin d’arborer enfin les traces que l’on a tenté d’oublier.
L’image, « mieux que toute chose, probablement, manifeste cet état de survivance qui n’appartient ni à la vie tout à fait, ni à la mort tout à fait, mais à un genre d’état aussi paradoxal que celui des spectres qui, sans relâche, mettent du dedans notre mémoire en mouvement. » (2)

De par ses dessins, Éric Manigaud pénètre les tréfonds d’une humanité mise à mal, déchirée. La série « Shell shock » - obusite en français - met en exergue les symptômes d’un traumatisme résultant d’une guerre qui n’est pas grande que par sa dénomination mais également de par l’ampleur des blessures physiques et psychiques occasionnées.
Névrose de guerre, l’obusite s’empare des soldats traumatisés qui soudainement ne répondent plus d’eux-mêmes: aux prises avec la paralysie, les troubles de langage, l’insomnie ou les hallucinations, leur corps répondent à l’irrationalité d’une violence inqualifiable.

Inassignables, les guerres atteignent leur acmé une fois la paix entérinée: lorsque l’archéologie révèle des fosses communes, à l’instar de la « Tranchée de Calonne » ou bien encore lorsque les traumas éclatent au grand jour, comme dans les portraits de « Gueules cassées »

(1) Texte extrait et adapté du site de la galerie Sator: https://galeriesator.com
(2) Georges Didi-Huberman, « Le Génie du non-lieu : air, poussière, empreinte, hantise », Paris : Éditions de Minuit, 2001, p.16.

..

Born in 1971, Éric Manigaud lives and works in St-Etienne.

His work reproduces old photographs that mainly represent the world of institutionalized madness or the consequences of the Great War. He revisits the “unsupportable” in crayon, madness put aside. His portraits come from a world that no longer exists. His work is that of archivist where he devotes several weeks to the same image, going over the shadows and the light millimetre by millimetre.

The work of Eric Manigaud ultra-realistic when viewed at distance and blurred close up, gives an angelic peace to a hard image. His works can be found in many private and public collections such as the “FRAC Haute Normandie”, the Saatchi Gallery in London, the Landesmuseeum in Schleswig, the “SØR Rusche Collection” in Berlin and also the “Musée Paul Dini”.

....