Galerie C
Galerie C
_IMG0938.jpg

Matthieu Gafsou

 

....

Né en 1981 à Aubonne (Suisse), Matthieu Gafsou vit et travaille à Lausanne.

Après un master à l’Université de Lausanne (histoire et esthétique du cinéma, philosophie et littérature), il suit une formation supérieure en photographie de l’École d’Arts appliqués de Vevey. Son travail de diplôme, consacré aux faux-semblants de l’urbanisme tunisien (« Surfaces », 2006-2008) le fait très vite remarquer en Suisse et à l’étranger, grâce notamment au prix de la fondation HSBC pour la photographie (2009), suivi d’une sélection à l’exposition « reGeneration2. Photographes de demain » du Musée de l’Elysée à Lausanne (2010), et du Prix culturel du canton de Vaud (2015).
Dès 2012, il enseigne à l’ECAL et il est membre de l’agence MAPS depuis sa création, en 2017.

Ce premier travail lui attire de nombreux mandats commerciaux et institutionnels dans le domaine de la photographie d’architecture (Le Corbusier à Firminy, 2009), et débouche aussi sur des commandes d’enquêtes photographiques plus personnelles : « La Chaux-de-Fonds. L’expérience de la Ville » (2009-2012), « Sacré » (2011-2012), « Les Grangettes » (2014). En parallèle, Gafsou travaille pendant quatre ans à la série « Alpes », consacrée aux métamorphoses du milieu alpin sous l’influence du tourisme de masse et des modifications climatiques, très bien accueillie dès 2011.
En 2014, Mathieu Gafsou prends le risque, pour sa première exposition personnelle institutionnelle importante, au Musée de l’Elysée sous l’égide de Sam Stourdzé (2014), d’un sujet controversé avec « Only God Can Judge Me », fruit d’une enquête sur le milieu des consommateurs de drogue à Lausanne. En 2018, il présente « Only God Can Judge Me » lors du Fotoleggendo, Officine Fotografiche à Rome.
Dès 2015, et ce jusqu’en 2018, Matthieu Gafsou questionne avec la série « H+ » les relations entre le corps humain et les technologies les plus diverses. Cet état des lieux de la nébuleuse transhumaniste est montré aux Rencontres de la Photographie d’Arles en 2018, puis en Chine dans la cadre du festival international de photo Jimei X Arles ainsi que durant l’European Month of Photography à Vienne en 2019.

A l’instar d’enquêtes photographiques, Matthieu Gafsou expérimente avec une sensibilité poétique à toute épreuve des thématiques actuelles et pertinentes. Le photographe parvient à faire surgir un esthétisme où le médium photographique s’éloigne de la figuration littéraire afin de plonger dans une réalité s’éloignant des clichés sociétaux.

Les oeuvres du photographe suisse sont notamment présentes dans les collections suivantes: Musée de l’Elysée, Musée du Léman, Musée d’art du Valais, Musée des Beaux-Arts de la Chaux de Fonds, Fondation Hermès, La Poste, Mudac, Fondation BAT, Fondation HSBC pour la photographie, Michaelis School of Fine Art, Institut français du Cambodge, Ville de Bienne, Credit Suisse, Société des beaux-arts de Bienne, Ville de Morges, Retraites populaires et de nombreuses collections privées.

Cinq monographies ont jusqu’à présent été publiées, dont « H+ » (Kehrer Verlag & Actes Sud, 2018), « Only God Can Judge Me » (Kehrer Verlag, 2014), « Sacré » (ed. IdPure, 2012), « Alpes » (ed. 19/80 editions, 2012), « Surfaces » (ed. Actes sud, 2009), « Le corbusier à Firminy » (ed. Gallimard, 2009).


..

Matthieu Gafsou is a Swiss photographer, born in 1981, who initially studied aesthetics of the cinema, history and philosophy at the University of Lausanne. After having changed direction towards photography at the “Centre d’enseignement Professionnel de Vevey” he exposed his work in both solo and collective exhibitions, and in particular published four works. From 2009 to 2011, along with the artists Milo Keller and Yann Amstutz, he executed an artistic mandate entitled “L’expérience de la ville” (The experience of a city) devoted to illustrations of the urban heritage of the town of La Chaux-de-Fonds. In 2009 he was awarded the HSBC Prize for Photography and in 2015, the “Prix culturel du canton de Vaud”. He exhibited his series "Only God Can Judge Me" in 2014 at the "Musée de L'Elysée" in Lausanne. In 2015, Matthieu Gafsou organized the first exhibition "carte blanche" at Galerie C. In the following year he participated in the collective exhibition "Life is not a beach" at the Alexander Tutsek-Stiftung in Munich. Since 2012, Matthieu Gafsou has been a part-time lecturer at the “Ecole cantonale d’art de Lausanne”.

In the manner of photographic investigations and with an unfailing poetic sensitivity, Matthieu Gafsou experiments with current and pertinent issues. Whether it concerns the development of tourism in the Alps with his series "Alpes", or the poignant universe of drug addicts with "Only God Can Judge Me", the artists manages to bring forth an aestheticism where the photographic medium distances itself from literary figuration in order to plunge into a reality that is moving away from the clichés of society. In 2015, he began a new series entitled "Ether" with an initial prologue where the astral scale of our universe seems to compose a sparklingly elegant ballet of light.

The works of Matthieu Gafsou can be found in many public and private collections, e.g. the Musée de l’Elysée, the Musée d’art du Valais, the Musée des Beaux-Arts at La Chaux-de-Fonds, the Mudac, the Fondation Hermès, the Fondation BAT and theFondation HSBC pour la photographie, and also the Michaelis School of Fine Art, the Institut français du Cambodge, Crédit Suisse and the Société des beaux arts de Bienne.

....

Plus d'informations gafsou.ch