Galerie C
Galerie C
1-3.jpeg

Guy Oberson

 

....

Né en 1960, Guy Oberson vit et travaille à Lentigny (Suisse), à Paris (France) et à Berlin (Allemagne). Autodidacte, l’artiste est intimement lié à son environnement originel qui est celui de la campagne fribourgeoise. Artiste pluriel, Guy Oberson s’est consacré à la réalisation de son univers artistique après avoir travaillé dans les métiers du bâtiment, la restauration d’art ainsi que dans l’enseignement. La richesse de son parcours de vie et cet attachement intense à la nature confèrent à ses œuvres une puissance inouïe.

Emplies d’une force intime, les œuvres de Guy Oberson semblent être le témoin d’une écorchure, d’un instant de vie dérobé. Une tourmente infernale, une âme en émoi, Guy Oberson semble apposer sur la toile et le papier une part de lui-même qu’il abandonne définitivement, qui ne lui appartient désormais plus. C’est avec une sensualité et un geste magnifique que l’artiste s’adonne aux portraits, ou bien encore à une peinture animale, et ceci en domptant avec génie la pierre noire, la sanguine ou encore l’huile. Extase ou souffrance, le travail de Guy Oberson est incisif, pénétrant il dégage cette impression d’une lutte intense, d’une lutte passée entre l’artiste et son support.

En 2015, l’artiste est représenté au sein de deux expositions personnelles: « Semblance » à l’Espace du Méjan à Arles et « Erreur de Paradis » au Musée d’Art et d’Histoire de Fribourg. En 2014, Guy Oberson expose à la Galerie parisienne Eric Mouchet, avec « Terrestres », dont un ouvrage est réalisé en collaboration avec l’écrivaine canadienne, Nancy Huston. Au sein de la Galerie C l’artiste participe à plusieurs expositions collectives dont : « Born » et « Cri » (2012), « Portraits » (2013) et « La Vengeance de Mathilde » (2014). En 2014, paraît la monographie « Guy Oberson, Sous la peau du monde » avec des textes d’Alain Berset, ministre de la culture, et de Philippe Piguet, critique d’art. En 2016, Guy Oberson organise la deuxième exposition « carte blanche » à la Galerie C. Intitulée « Zones poreuses » l’exposition reflète les rapports liés à l’enfance, à la perception du corps, à l’état psychique ainsi qu’aux mythes et légendes. Artiste exposant et curateur, Guy Oberson a réuni pour cette exposition les artistes Jennifer Alleyn, Eric Manigaud, Françoise Pétrovitch, Eric Sansonnens et Heike Schildhauer.

Les œuvres de Guy Oberson figurent dans diverses collections publiques et privées notamment celles de l’Office fédéral de la Culture de Berne, des musées d’art et d’histoire de Neuchâtel et de Fribourg, de l’Etat de Fribourg, de la banque Raiffeisen et d’Actes Sud à Arles. Guy Oberson a reçu le Prix culturel 2016 de l'État de Fribourg, qui récompense le créateur fribourgeois pour l'ensemble de son œuvre et son rayonnement international.

..

Born in 1960, Guy Oberson lives and works in Lentigny (Switzerland), Paris and Berlin. This self-taught artist is intimately linked to his origins, the countryside of the Canton of Fribourg. He is a plural artist who, after having worked in building construction, art restoration and teaching, has devoted himself to the creation of his personal artistic universe. The richness of his life timeline and the intense attachment to nature confer an awesome power to his work.

Permeated with an intimate force, the works of Guy Oberson seem to be a witness of a suffering, a secret instant of life. He seems to put a part of himself, which he definitively abandons and no longer belongs to him, on canvas and paper. He dedicates himself with sensuality and a magnificent gesture to portraits as well as to painting animals, mastering the techniques of black or red chalk and oils. Whether ecstasy or pain, Guy Oberson's work is incisive, and penetrating by emitting the impression of an intense fight that takes place between the artist and his media.

In 2015, the artist presented two personal exhibitions, “Semblance” (Appearance) at the “Espace du Méjan” in Arles and “Erreur de Paradis” (The mistake of Paradise) at the “Musée d’Art de d’Histoire de Fribourg”. In 2014, Guy Oberson exposed “Terrestres” (Eathlings) at the Parisian gallery of Eric Mouchet where one of the works was realised in collaboration with the Canadian author, Nancy Huston. In collaboration with Galerie C, the artist has participated in several collective exhibitions – “Born” and “Cri” (2012), “Portraits” (2013) and “La Vengeance de Mathide” (2014). In 2014, the monograph “Guy Oberson, Sous la peau du monde” (Guy Oberson, under the skin of the world) was published, with texts by Alain Berset, minister of culture and Philippe Piguet, art critic. In 2016, he organized the second exhibition “Carte blanche” at Galerie C. The exhibition, entitled “Zones poreuses” concerns the relationship, linked to childhood, of the perception of body to emotional state as well as to myths and legends. In the role of artist and curator, Guy Oberson brought together the artists Jennifer Alleyn, Eric Manigaud, Françoise Pétrovitch, Eric Sansonnens and Heike Schildhauer.

The works of Guy Oberson, form part of various collections, both private and public, in particular those of the “Office fédérale de la Culture” in Berne, the museums of history and art at Neuchâtel and Fribourg, the State of Fribourg, the Raiffeisen Bank, and Actes Sud in Arles. Guy was awarded the “Prix culturel 2016 de l’Etat de Fribourg” for his entire work and its international impact.

....

Plus d'informations www.guyoberson.com