Galerie C
Galerie C
Spectre(s).jpg

Paréidolie
30.08-01.09.19

Mathieu Dufois, Jean-Christophe Norman, Lionel Sabatté

Paréidolie
30.08-01.09.19
Château de Servières
19, Boulevard Boisson
13004 Marseille

À l’occasion de l’édition 2019 de Paréidolie, la Galerie C présentera le travail de trois artistes français, Jean-Christophe Norman, Mathieu Dufois et Lionel Sabatté.

Au coeur de leur travail s’élabore une réflexion autour de la trace et tous trois invitent à interroger l’expérience de ce qui subsiste lorsque l’absence s’est installée, à éprouver le fantomatique non pas dans sa dimension ésotérique, mais dans son cheminement en tant qu’instance du passé en transition.

Par le médium du dessin, et plus particulièrement par son usage de la pierre noire, MATHIEU DUFOIS s’attèle à une véritable archéologie de la mémoire des images ainsi que de l’émotion qui en découle. C’est dans les tréfonds des ressources cinématographiques et des photographies d’archives que l’artiste puise afin de sédimenter une empreinte nouvelle, un territoire fictif et troublant.

JEAN-CHRISTOPHE NORMAN déploie la marche et l’écriture en un même mouvement, en une même métamorphose. Il trace, transfère, déplace, recouvre, dessine et interroge par là même la notion du temps. Il s’agira également de renforcer le rayonnement de l’artiste dans le sud de la France par une présence en foire, parallèlement à sa participation à une exposition collective à l’Espace de l’Art Concret à Mouans-Sartoux qui s’inscrit dans le programme de la manifestation «Des marches, démarches» organisée en collaboration avec le FRAC PACA.

Exemplaires de la richesse plastique du dessin contemporain, ayant conquis de nouveaux espaces par la confrontation à de nouveaux médiums et techniques, les dessins de LIONEL SABATTÉ représentant des silhouettes humaines et animales sont réalisés à partir de poussière, de cheveux, de charbon, de safran, de béton, de brûlures du papier ou encore de fer et bronze oxydés. Matthieu Dufois, Jean-Christophe Norman et Lionel Sabatté développent tous les trois une pratique du dessin transgressive, interrogeant ainsi un médium en constante mutation.